Relations écoles : 5 astuces à connaître

Pour attirer les meilleurs profils dès la fin de leurs études -et même avant-, la lutte est de plus en plus rude entre les entreprises. Développer des relations écoles apparaît alors comme une solution de choix pour toucher plus facilement ces profils disputés. Mais comment s’assurer que l’on déploie une stratégie de campus management efficace ? Cet article vous propose 5 conseils pour que la pêche aux jeunes talents n’ait plus de secrets pour vous ! 

Que ce soit pour un premier emploi ou même pour un stage, les jeunes talents sont souvent des profils extrêmement disputés. La compétition entre entreprises est rude pour attirer ces candidats à fort potentiel, et la lutte commence avant même leur entrée dans la vie active. C’est ce qui mène de nombreuses entreprises à structurer et développer une politique de relations écoles, aussi appelée campus management.

Le campus management, c’est une démarche stratégique qui vise à développer et renforcer sa notoriété et sa marque employeur auprès des élèves et étudiants de certaines formations cibles, au sein desquelles l’entreprise recrute ou souhaite recruter régulièrement. Il s’agit donc d’une manière d’aller chercher les talents à la source, avant même leur entrée sur le marché du travail, pour qu’ils découvrent les métiers, activités et opportunités de l’entreprise.

Mais si de nombreuses structures engagent des actions en direction des écoles, mettre en place une stratégie de campus management capable d’apporter des résultats concrets est un véritable challenge ! Cet article recense donc 5 astuces à connaître pour une stratégie de relations écoles efficace.

1. Connaître sa cible

Des notions comme l’Ideal Customer Profile ou les Personae sont en général davantage utilisées en marketing qu’en recrutement… Et pourtant, elles y méritent amplement leur place ! Avant même de savoir quelles actions l’entreprise doit déployer, il lui faut décider de l’objectif qu’elle se fixe… Et donc du profil des jeunes qu’elle souhaite recruter.

Il est en particulier nécessaire de faire le point sur les critères de recrutement des managers et opérationnels, notamment en termes d’écoles et de formations. Il peut être tentant de penser que la meilleure option est de ratisser large, en ciblant le plus de formations possible. Pourtant, il est beaucoup plus efficace de cibler quelques formations pertinentes, et de concentrer ses actions sur ces formations, que de déployer des démarches nombreuses et à l’efficacité incertaine auprès de cibles multiples et mal identifiées.

Des actions ciblées, basées sur des choix réfléchis, sont moins coûteuses et plus efficaces !

2. Avoir conscience de ses forces et faiblesses

De même que l’entreprise doit savoir qui elle cible, elle doit également savoir qui elle est. Une réflexion est donc nécessaire en interne pour identifier les points forts de ce qui sera mis en avant auprès des étudiants et jeunes diplômés de ses formations cibles.

Alors que les grands groupes pourront souvent valoriser une forte image de marque et des projets de grande envergure, ils devront également s’attacher à casser les clichés qui peuvent constituer leurs faiblesses : compenser une faible culture digitale par une volonté d’intégrer de jeunes talents spécialistes du sujet, montrer les aspects sympathiques de la culture d’entreprise pour sortir de l’image d’une immense machine où chaque rouage est interchangeable…

Du côté des PME, c’est souvent la taille humaine de la structure qui sera mise en avant, ainsi que sa dynamique de croissance et les perspectives qu’elle peut offrir en termes de prise de responsabilité ou d’internationalisation, par exemple.

Enfin, une start-up pourra jouer sur son potentiel de croissance, l’ambiance, ou sur l’opportunité de toucher à tout et de structurer son propre poste.

3. Exploiter la diversité des canaux disponibles

Pour la plupart des entreprises, “développer des relations écoles” signifie “participer à des salons”. Si ce mode de recrutement permet à la fois de développer sa visibilité et de récupérer de nombreux CV, il est loin de s’agir de la seule démarche envisageable. Il existe de nombreuses alternatives permettant d’augmenter sa visibilité au sein des écoles et d’y identifier les meilleurs candidats… et toutes ne sont pas onéreuses !

On peut citer la participation à des jurys de mémoires ou de projets de fin d’étude, les interventions en amphi ou en classe entière, l’animation de cours par des opérationnels ou des alumni (cours dont les élèves sont souvent friands, car davantage illustrés que leur formation quotidienne), l’organisation de visites de l’entreprise, la mise en place de concours à destination des étudiants (p.ex. pour travailler sur de véritables problématiques business), le versement de la taxe d’apprentissage

4. Adapter ses communications

Il s’agit peut-être de la partie la plus complexe de la mise en place d’une stratégie de campus management : l’adaptation constante de ses communications à la cible que l’on souhaite toucher. Or, plus les candidats sont juniors, moins ils connaissent des codes du monde du travail et le monde de l’entreprise vu de l’intérieur. L’objectif est donc de les marquer et de leur donner envie de vous rejoindre, ou au moins de parler de vous autour d’eux.

Exit donc les annonces ultra-classiques et formatées : l’objectif est de se différencier ! Il est important de permettre au candidat de se projeter le plus possible dans son futur cadre de travail. Il faut donc parvenir à lui faire découvrir l’équipe, les locaux, les moments de convivialité… Idem pour les missions : expliquer de manière simple et concrète les tâches qui leur seront confiées est un bon moyen d’encourager les candidats à ne pas douter de leurs capacités, et à ne pas s’arrêter au charabia trop alambiqué d’une annonce corporate.

5. Penser long terme

Enfin, il est important de retenir que la mise en place d’une stratégie de campus management ne se fait pas du jour au lendemain. D’après un article très intéressant écrit par Claire Guillemain en 2015, il faut entre trois et cinq ans pour mesurer les premiers retours d’une stratégie de campus management, notamment car cette stratégie se positionne à la frontière entre recrutement et communication.

Dans l’univers confiné que peuvent être les écoles et promotions de master, le bouche à oreille est de loin le vecteur le plus efficace de transmission des informations. D’une promotion à l’autre, les élèves parlent des stages qu’ils ont effectué, des professionnels qui animent des cours, des canaux à exploiter pour trouver des opportunités. Si votre entreprise vient intervenir en amphi une année, revenez l’année suivante : ce sont les petits ruisseaux qui font les grandes rivières… Et les petites actions qui créent les grandes stratégies !

– – –

Merci d’avoir lu jusqu’ici ! Si l’article vous a plu, n’hésitez pas à nous rejoindre sur Le milkshake du recrutement, notre newsletter bimensuelle dédiée au recrutement des jeunes, à l’expérience candidat et aux relations écoles ! Pour s’inscrire, c’est par ici. A bientôt !