Capture d’écran 2015-05-22 à 15.36.22

Dans le cadre des semaines thématiques « Alternance », Seekube a recueilli les témoignages de trois étudiants ayant fait le choix de combiner études et vie en entreprise.

Si l’alternance ne concerne actuellement qu’un pourcentage réduit des étudiants inscrits dans l’enseignement supérieur (environ 6%), ce parcours favorisant l’insertion professionnelle est de plus en plus prisé.

Motivations, profils, rythmes, salaires : Lionel et Léa reviennent sur leurs expériences et ce qu’ils en ont tiré.

Lionel, 24 ans, développeur chez Seekube

Lionel_photo

Après un bac scientifique et une licence en informatique (d’abord en  Martinique puis à Créteil), Lionel se lance dans l’aventure de  l’alternance sur les conseils de son entourage. « Ne continuer que les  études ? Hors de question pour moi« , nous confie-t-il : l’alternance, lui  permettant de combiner études et travail, s’avère alors un excellent  compromis.

Etudiant à l’Ecole des Technologies Numériques Appliquées (ETNA), alterner école et entreprise lui permet d’acquérir une expérience considérable en informatique, domaine dans lequel les recruteurs ne peuvent que rarement juger les candidats sur leurs seules connaissances théoriques.

Apprendre vite et de manière autonome, s’imprégner du monde du travail, gagner un salaire
 : c’est ainsi que Lionel résume son quotidien. Recruté par Seekube lors d’un forum physique organisé par son école, il trouve de nombreux avantages à l’alternance, parmi lesquels : des motivations supplémentaires de s’investir et le gain d’expérience professionnelle. Selon lui, « le fait de travailler en équipe (avec une équipe qui ne change pas tout le temps) sur des cas concrets et de sentir l’impact que l’on peut avoir sur l’activité d’une entreprise fait toute la différence. »

Le rythme très soutenu et le manque de vacances sont parfois difficiles à supporter, tout comme le fait de ne pas vivre sa « vie d’étudiant comme un étudiant classique ». Lionel ne passe en effet qu’une journée à l’école toutes les 3 semaines. Pour autant, quand on lui demande ce qu’il retire de cette expérience, Lionel répond ne pas regretter son choix et avoue s’amuser autant en entreprise qu’à l’école, tout en montant en compétences (et en gagnant de l’argent) !

Léa, 21 ans, chargée de relations clientèle chez l’Oréal

538803_4254688292782_522434913_n Après un baccalauréat économique, Léa entame une licence en langues  étrangères appliquées avant de s’inscrire l’année suivante dans un BTS  Négociation et Relation Client. Quand on lui demande ce qui l’a attirée  dans l’alternance, Léa répond avoir aimé « l’idée de gagner sa vie tout  en  continuant à suivre une formation« . C’est grâce à son école  qu’elle a été  mise en relation avec l’Oréal qui l’a embauchée pour une  durée de 2 ans.

Contrairement à Lionel, Léa a cours deux jours et travaille en entreprise 3 jours chaque semaine. Cela lui permet de pouvoir combiner formations professionnelle et scolaire de manière constante, et d’assurer une certaine continuité sur les deux plans. Selon elle, l’atout principal de l’alternance est la possibilité de mettre en pratique tout de suite ce que l’on apprend en cours. Tout comme Lionel, le côté pratique ainsi que l’expérience professionnelle acquise sont pour elle des avantages considérables. Le fait d’être rémunéré n’est pas négligeable car il permet d’être autonome financièrement.

« Le rythme est pour elle parfois difficile à supporter car je le trouve vraiment soutenu« , nous explique-t-elle. Il faut en effet savoir gérer la pression qui vient des deux côtés : obtenir son diplôme tout en réalisant ses objectifs professionnels.

L’expérience de l’alternance demeure selon elle très enrichissante car elle permet de mieux comprendre les forces et les faiblesses de l’entreprise, mais aussi les siennes.

Abonnez-vous à la Newsletter Seekube

Rejoignez plus de 8 000 professionnels des RH qui reçoivent la Newsletter !

Merci !

Close