Tanguy – “J’ai toujours su que je voulais travailler dans l’industrie musicale”

Un témoignage de Tanguy, étudiant à l’IESEG en Master 1 Entrepreneuriat à l’occasion de sa participation au Jobdating – IESEG Career 2019.


Chap 1 En passant par le Kazakhstan.

A la sortie de mon Bac ES au Chesnay, j’ai passé le concours ACCES pour entrer à l’IESEG. J’ai passé 2 années sur le campus de Lille avant de m’envoler pour le Kazakhstan pour mon année d’échange. J’étais le premier à choisir cette destination ! Cette expérience a été un vrai dépaysement, et une expérience incroyable. Là-bas, on est au pied des montagnes et comme il fait -20°C une grande partie de l’année nous avons pu beaucoup skier, mais aussi voyager dans ce pays qui est si grand. J’en ai profité pour visiter le Kirghizistan, l’Ouzbékistan…

Mais il a bien fallu rentrer ! Je n’avais pas envie de retourner tout de suite à Lille pour effectuer mon master,  j’ai donc choisi de faire une année de césure.

J’ai toujours su, depuis tout petit que je voulais travailler dans l’industrie musicale.

Dès ma décision prise, alors que j’étais encore au Kazakhstan, j’ai commencé ma recherche. On m’avait conseillé de passer notamment par IrmaWork qui référence les besoins de recrutement de boîtes en événementiel, théâtres, grands labels, quelques chaînes TV. J’ai aussi envoyé quelques candidatures spontanées chez Universal,  Sony, Warner…

C’est au moment où j’allais signer ma convention de stage pour entrer chez M6 que Warner m’a finalement rappelé pour un poste d’assistant attaché de presse. Dans cette industrie, dès qu’on a une offre, on l’accepte, alors je n’ai pas hésité – après 3 entretiens en moins de 48h, j’ai eu le poste.

Chap 2. Warner

J’ai adoré l’ambiance chez Warner, qui est très familiale. J’étais rattaché au label Elektra (Offenbach, Feder, Léa Paci…) où j’étais le bras droit de l’équipe promotion. Je travaillais notamment avec la presse régionale (la Voix du Nord,  le Dauphiné Libéré…), des radios et le digital (MadmoiZelle, Konbini…). Je m’occupais des déplacements des artistes et d’organiser des rencontres avec les médias sur place.

Pour tout dire, je n’avais pas l’impression d’être en stage, j’avais vraiment l’impression de… Travailler en fait ! Les équipes me faisaient confiance et m’ont vraiment donné des responsabilités : si je ne faisais pas bien mon travail, le reste de l’équipe était directement impactée. Ils m’ont proposé de renouveler mon stage avec eux ou encore proposé d’aller chez Warner à Londres…

J’ai franchement hésité à arrêter l’école pour travailler ici.

Finalement,  après réflexion (et parce que j’ai des parents qui veillent !) j’ai décidé de continuer mes études. Malheureusement, l’opportunité que m’offrait Warner ne convenait pas aux conditions de scolarité de l’école. J’ai donc fait un stage à Londres dans un domaine qui me plaisait moins. J’ai tout de même beaucoup apprécié la vie à Londres, d’autant que j’y étais pendant la coupe du monde !

Chap 3. La rencontre

De retour à Lille en M1, j’ai vu que l’IESEG organisait son forum des métiers. J’avoue que je m’y rendais au départ avec des pieds de plomb : je ne cherchais pas de stage avant janvier 2020 ! Au final, en m’inscrivant sur la plateforme Seekube, j’ai été agréablement surpris par la diversité des entreprises et des opportunités. Je ne pensais vraiment pas trouver une annonce intéressante pour mon projet actuel sur cet événement mais finalement, j’ai postulé et j’ai décroché un entretien avec une personne de l’équipe RH de Warner. J’ai notamment découvert qu’elle avait elle aussi fait l’IESEG. Nous avons échangé sur nos idées de l’industrie, sur mon expérience chez le label Elektra, et elle m’a conseillé pour mon prochain stage quant à la démarche à suivre pour me tenir au courant des offres qui seraient à pourvoir. Ça a été un vrai plaisir de la rencontrer (elle est arrivée chez Warner juste après mon départ) et de garder contact avec cette entreprise.

Epilogue

Pour la suite, je vais réaliser mon mémoire de fin d’études. J’hésite entre le streaming musical & les innovations qui redessinent l’industrie musicale. J’en profiterai sûrement pour faire un tour de l’Asie.

Bien sûr, j’aimerais beaucoup retourner chez Warner : ils ont été les premiers à me faire confiance. D’un point de vue professionnel, je sais aussi qu’il serait intéressant de découvrir autre chose, pourquoi pas un autre label ou dans une autre maison de disque.


L’IESEG organise des événements avec Seekube depuis 2018. Intéressé par cette expérience ? N’hésitez pas à nous contacter

Le prochain événement commence le 27 mars